19 avril 2019 Cigarette électronique : est-elle vraiment la meilleure solution pour ne plus fumer ?

Cigarette électronique : est-elle vraiment la meilleure solution pour ne plus fumer ?

Si l’on se réfère fumeurs très dépendants, on peut dire que la cigarette électronique est pour eux, la meilleure solution pour réussir leur sevrage tabagique. Par contre, si on se réfère aux non-fumeurs, se mettre à vapoter n’est pas trop recommandé même si cela ne les expose pas vraiment aux cancers et autres maladies chroniques engendrées par le tabagisme. Voici ce qu’il faut retenir …

Environ 15 % de succès

Depuis son lancement au début de l’année 2000, la cigarette électronique a fait du chemin. D’abord perçu comme un appareil sans intérêt, elle est rapidement devenue la solution n°1 pour les fumeurs de décrocher totalement du tabagisme. Les chiffres soulignent d’ailleurs qu’en moins de 20 années d’existence, elle enregistre déjà un taux de succès de près de 15 %.

Que vous optiez pour une cigarette électronique originale pour femme ou un modèle plus puissant généralement prisé des hommes, les effets sont les mêmes. La cigarette électronique est une grande aide au cours du sevrage tabagique et ses effets sont meilleurs que les substituts nicotiniques tels que les patchs ou les gommes à mâcher.

Comment vient-elle en aide aux fumeurs ?

A l’origine, la cigarette électronique a été conçue selon la forme et la taille d’une cigarette classique. Ce design a été choisi exprès pour que le fumeur retrouve dans ce dispositif ses petites habitudes liées à la clope. La prise en main est alors similaire ainsi que le mode d’utilisation à savoir emmener l’appareil jusqu’à la bouche, inhaler la vapeur qui se dégage, en apprécier la saveur et, éventuellement la nicotine qu’elle contient puis exhaler la vapeur dans l’air. Rien qu’avec ces gestuels, les fumeurs se sentent déjà en confiance et oublient facilement la dépendance physique liée à la cigarette.

Et ce n’est pas tout puisque le plus difficile au cours du sevrage c’est de surmonter sa dépendance nicotinique. Là encore, la cigarette électronique propose une solution moins dangereuse qui est les e-liquides nicotinés. Ces liquides contiennent de la nicotine, mais à un taux largement inférieur que celui retrouvé dans la cigarette à brûler. De plus, avec la clope traditionnelle, la combustion accélère l’absorption de la nicotine alors qu’avec le chauffage par batterie ou accus, l’absorption est beaucoup plus lente et les risques de dépendance sont moindres. En quoi cela va aider nos fumeurs en plein sevrage ?

En utilisant, au début du sevrage, des e-liquides affichant le taux supérieur admis en nicotine, la lutte contre la dépendance est plus facile à surmonter. Certes, les effets ne sont pas pareils, mais en vapotant régulièrement, ils pourront retrouver une dose acceptable qui n’occasionne aucune dépendance.

Au fil du sevrage, ils pourront réduire le taux de nicotine dans leur e-liquide ou varier les e-liquides en choisissant de temps à autre des formules qui n’en contiennent pas. Ils peuvent également espacer les fréquences de vapotage et ainsi réduire automatiquement le taux de nicotine consommé.

Petit à petit, les anciens fumeurs oublient totalement le tabac et peuvent même retrouver dans les différentes saveurs d’e-liquides, un certain plaisir au vapotage. En effet, avec la cigarette électronique, ils ne se limitent plus au tabac ou au parfum mentholé, mais découvrent d’autres arômes gourmands, fruités, épicés, exotiques, … Et vu qu’en arrêtant de fumer, leur goût revient, le plaisir est encore plus important.

Peut-on associer vapotage et tabagisme ?

Cela est possible et ne double pas forcément les risques de cancers, de maladies respiratoires et de maladies cardiaques, mais reste quand même déconseillé puisque :

  • même en réduisant la consommation de tabac, le fait de continuer à fumer ne fait pas disparaître les risques pour la santé. En effet, en fumant, il fait toujours appel à la combustion du tabac, or, c’est cette dernière qui favorise la production de goudron, de monoxyde de carbone, de particules fines, …
  • même si le fumeur réduit sa consommation de tabac de 50 %, la dépendance à la nicotine demeure parce que la combustion implique toujours une absorption rapide de la nicotine par le corps. Cela reste valable même si vous décidez de vapoter, en parallèle, des e-liquides non nicotinés.
  • en plus des risques du tabac, on peut être exposé aux effets secondaires de l’e-liquide : ce dernier engendre effectivement quelques effets secondaires comme la déshydratation, des irritations de la gorge, une sècheresse buccale, des nausées, des étourdissements, des maux de tête, … Alors que les trois premiers symptômes sont occasionnés par le glycérol contenu dans l’e-liquide, les trois autres peuvent se référer à une surconsommation de nicotine. Dans les deux cas, cela peut être évité. Le glycérol peut effectivement être remplacé par de la glycérine végétale tandis que les effets de la nicotine peuvent être traités par l’utilisation d’e-liquides non nicotinés et par l’arrêt du tabagisme.

De ce fait, si vous souhaitez que l’e-cigarette vous aide à ne plus fumer du tout, il faut éviter d’associer tabagisme et vapotage ou, du moins, d’essayer de réduire petit à petit sa consommation de tabac. Vous pouvez aussi utiliser, en parallèle avec la cigarette électronique, d’autres substituts nicotiniques pour mettre plus de chances de votre côté.

Laisser un commentaire